Chez soi, seul ou en famille (Samedi saint)

Hier…

dans le tombeau,

le corps sans vie de Jésus a été déposé….

Enveloppé dans des linges,

il a été posé sur la pierre froide.

Celles et ceux qui ont suivi ce rabbi jusqu’à son dernier souffle sont certainement habités par la tristesse, la déception, la frayeur, le désespoir…

Sont-ils rentrés chez eux comme avant ? Vont-ils terminer de préparer la Pâque comme d’habitude ?

Et nous, nous avons écouté ce récit dit de « la Passion », un texte difficile à entendre…

C’est une nuit sans vie et dépouillée de tout que l’Église s’apprête à vivre…

Des ténèbres à la lumière… De la mort à la vie… Aujourd’hui

C’est le silence qui règne au tombeau… C’est l’épreuve de la nuit pour nous…et pour Lui, celle de la descente aux Enfers.

C’est aussi le silence dans nos églises, nous faisons presque liturgie morte en ce jour… C’est le mystère de la mort qui est commémoré aujourd’hui, avec ce qu’elle contient de sombre et d’absurde. Pour autant, ce n’est pas un jour de deuil que nous sommes appelés à vivre, mais celui d’une veille silencieuse. Toute l’Église est dans l’attente… Attente que ce jour passe, que la nuit tombe et qu’un Soleil nouveau se lève…

« Douce nuit, Sainte nuit,

Tout renaît au dehors,

Le mystère annoncé s’accomplit

C’est l’amour infini…

C’est l’amour infini ! »

 

Faisons silence…

Gardons confiance,

et, ce soir, veillons !

Puis, à pleine voix, chantons !

Demain…

Click here to change this text

dans le tombeau,

le corps de Jésus aura disparu….

Ne resterons que les linges,

sur la pierre encore chaude du corps ressuscité.

Celles et ceux qui viendront au tombeau de bon matin seront certainement habités par l’étonnement, l’effroi… ou la foi !

Ce qui est certain, c’est qu’ils ne rentreront pas chez eux comme avant ! Ils ont maintenant une nouvelle Pâques à annoncer !

Et nous, nous avons entendu la Bonne Nouvelle transmise de générations en générations d’apôtres… Oui, cette parole résonne encore, plus vibrante et vraie que jamais : « Pourquoi chercher le Vivant parmi les morts ? » (Lc 24,5).

C’est un matin plein de vie, un nouveau printemps, qui est offert à l’Église !

Texte : Elodie VERDUN-SOMMERHALTER